Défi

Add a comment

Le principal problème de l’entreprise n’est pas tant la complexité que l’incommunicabilité.

Pour affronter la complexité, nous bénéficions des secours de l’ingénierie.

En revanche, les moyens de contrer l’incommunicabilité sont moins faciles à identifier et à mobiliser.

L’incommunicabilité

Ce terme “incommunicabilité” désigne la difficulté, voire l’impossibilité, de passer d’un univers cognitif à un autre, de partager des représentations ou des connaissances entre milieux différents. Est-il besoin d’en donner des exemples ? Entre le discours qui émane du sommet de l’entreprise et la façon dont la base opérationnelle le reçoit, entre la stratégie et sa réalisation, entre le “métier” et l’informatique, le management et l’opérationnel, la vente et la production, etc. les sources d’incompréhension sont nombreuses. Le phénomène a été approché par la sociologie, laquelle, conformément à sa grille de lecture, l’impute à des enjeux sociaux, à des intérêts économiques ou à un arrière-plan idéologique. Au-delà de ces analyses – qu’il nous faut méditer -, ce phénomène a aussi une dimension cognitive. Nous devons nous intéresser au langage, aux représentations internes, à tous les moments et moyens de la communication interpersonnelle qui sont autant d’occasions de blocage, d’incompréhension et de manipulations. Le problème tient, en partie, à la nature du langage : instrument de communication, il souffre aussi d’imperfections qui en complique l’usage.

Le langage a été donné à l’homme pour cacher sa pensée.” Voltaire

Sans aller aussi loin que cette citation, l’approche de l’entreprise doit prendre en charge cette réalité. Le langage – souvent spécialisé, vernaculaire, enjeu de luttes – est un révélateur d’une réalité plus profonde et insaisissable : celle du système conceptuel qui habite tout individu pensant. Les systèmes conceptuels varient grandement d’une entité à une autre, d’une fonction à une autre et, parfois, d’une génération à une autre. Tout se qui se passe dans l’entreprise met en jeu ces systèmes conceptuels. Beaucoup des difficultés rencontrées dans l’entreprise naissent des contradictions entre les systèmes conceptuels portés par les acteurs. Cette situation peut nourrir un sentiment de complexité, mais il convient de la distinguer de la complexité intrinsèque à l’entreprise. Les moyens de l’affronter seront très différents.

Cette question devient cruciale dans les moments de transformation, quand justement ces univers cognitifs doivent se rencontrer et converger pour repenser l’entreprise.

Une des motivations de la méthodologie d’entreprise

Ce constat de l’incommunicabilité est à l’origine de Praxeme. Plus qu’une méthode pour tel ou tel besoin, nous pensons que l’entreprise a d’abord et avant tout besoin d’un cadre qui lui permette d’ordonner sa matière, d’articuler ses expertises et de concilier les points de vue. Cette mise en ordre de la connaissance est aussi une mise en ordre de marche, particulièrement quand il s’agit de faire circuler les idées. Elle est cruciale pour mener la réflexion sur l’être et le devenir de l’entreprise. Et, sans cette réflexion, la transformation de l’entreprise restera une transformation de surface.

La méthodologie d’entreprise est une réponse au problème majeur de l’entreprise : l’incommunicabilité. C’est en tant qu’elle se place à ce niveau que Praxeme est une méthodologie et une méthodologie d’entreprise. Une fois ce travail mené à son terme , une fois cette dimension appréhendée, nous pouvons revenir à un niveau “opérationnel”, c’est-à-dire retrouver les champs délimités des disciplines et des fonctions, et, dans ces champs, les sillons des spécialités et des expertises. Ce deuxième niveau est celui des méthodes, des modes opératoires qui répondent à des besoins pratiques. La valeur de ces méthodes et leur apport au bien commun reposent sur leur intégration dans la vision plus large de la méthodologie.

This entry is filed under méthodologie, Uncategorized. And tagged with , , , , , . You can follow any responses to this entry through RSS 2.0. You can leave a response, or trackback from your own site.

  1. No Comments

You must login to post a comment.