Priorité dans le développement de la méthode publique

Add a comment

Ce post répond à une question souvent posée : y a-t-il un processus de développement dans Praxeme ?

Le parti pris de Praxeme est de se focaliser, d’abord, sur le “produit” (l’application, le système, l’entreprise…) plutôt que sur la “production” (le processus de développement, de transformation…).
Ceci s’explique par des raisons logiques autant que tactiques :

  • d’une part, il nous paraît nécessaire de savoir ce que l’on fabrique (le “quoi”) avant de décider comment on le fabrique ;
  • d’autre part, sans nier l’importance du processus dans la méthodologie, nous constatons que la réflexion méthodologique de ces deux dernières décennies s’est concentrée sur le processus au détriment du produit (RUP, 2TUP,  Scrum mais aussi ISO, ITIL, CMMI, etc. : on ne parle plus que processus jamais que la qualité de ce que l’on produit). Même les référentiels d’architecture (TOGAF, DMBoK…) nous parlent plus de l’activité de leurs affidés que de l’objet de leurs soins. A cela, il y a plusieurs raisons, à rechercher dans notre culture et dans les déterminations sociologiques (que je n’analyserai pas ici).

C’est, en tout cas, pourquoi Praxeme met l’accent sur les techniques de modélisation plutôt que sur les processus de développement. Pour faire référence à Merise, Praxeme se situe donc plus sur l’approche que sur la démarche. Nous concentrons nos faibles moyens sur cette dimension que nous trouvons plutôt négligée ailleurs. Quels sont les modèles dont nous avons besoin ? Qu’est-ce qu’un bon modèle ? Comment passer d’un niveau de représentation à un autre ? Quelles décisions devons-nous prendre en tant que modélisateurs ou aider à prendre par les responsables de l’entreprise ? Voilà quelques-unes des questions qui nous occupent.

Nous avons pourtant des principes qui permettraient de revisiter les processus. Il s’agirait d’appliquer aux projets et programmes le procédé de conception des processus “métier” proposé par Praxeme (voir le “Guide de l’aspect pragmatique”, réf. PxM-20). Un des principaux contributeurs de l’initiative pour une méthode publique avait, d’ailleurs, engager un budget significatif pour un processus de développement, fondé sur ces principes, et qui aurait enrichi le fonds public Praxeme. Malheureusement, ce budget a été détourné par un prestataire qui a pensé que son intérêt était de pousser sa méthode propriétaire, que personne ne connaît, bien sûr. Ce projet a débouché sur un double scandale :

  • scandale ordinaire de ces prestataires qui ont détourné le beau nom de “conseil” et qui se contentent d’écumer le marché à la recherche de leurs proies ;
  • scandale de ces investissements du secteur public qui débouchent sur des méthodes propriétaires qui dorment au fond des tiroirs.

Nous publierons, un jour, les règles pour bâtir un processus de développement de un processus de transformation, dans l’esprit de Praxeme. Le document existe ; il faut le mettre en forme. Des éléments le complètent comme :

  • cycle Pro2 (Produit X Production), comme principe de définition des processus (on le trouve illustré, par exemple, dans la formation Praxeme pour SOA) ;
  • les deux portées (projet versus entreprise) ;
  • la “dynamique globale”, au niveau de l’entreprise.

Mais tout cela demande un travail de mise en forme et ne sera réalisé que sur opportunité.

This entry is filed under méthodologie, Uncategorized. And tagged with , , , , , . You can follow any responses to this entry through RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

  1. No Comments

You must login to post a comment.