Archive for the 'communication' Category

Utopie (anagramme)

Add a comment

Ils chantent l’utopie, bon désir de bonheur fou !

donne :

Hi, le roi ! Tu opines du bonnet, tu branles du chef.

Avec ça, n’oubliez pas le Symposium Praxeme, le 17 décembre !

Activités du Praxeme Institute

Add a comment

Business Architecture & Transformation
En partenariat avec l’ADIRA (association pour le développement informatique en région Rhône-Alpes),
et avec le soutien du groupe Volvo,
une nouvelle session de la formation exceptionnelle est programmée
à Lyon, les 21 et 22 mars, et le 5 avril.

Manifestez votre soutien à l’initiative pour une méthode publique
En 2013, de nouvelles actions sont engagées dans le cadre de la stratégie de développement de Praxeme : nouveaux partenariats, statut de méthode publique, certification, diffusion dans l’enseignement supérieur…
A cela s’ajoutent les travaux pour enrichir et adapter la méthode. Notamment : nouvelle version du cadre de référence, métrologie de l’entreprise (procédés de définition d’indicateurs), modèle éthique de l’entreprise, nouvelles pratiques d’urbanisation de SI…

Pour que la méthode publique puisse servir plus rapidement vos entreprises et organisations, votre soutien est nécessaire. Vous pouvez l’exprimer :

  • en rejoignant le Praxeme Institute, association de loi juillet 1901, reconnue d’utilité publique ;
  • en intéressant d’autres personnes à notre effort collectif.

Une étude de cas complète

Add a comment

La formation exceptionnelle BAT commence par une étude de cas qui place les participants en situation :

  • ils disposent des documents rassemblés au début d’un grand programme de transformation : présentation de l’entreprise, sa stratégie, sa mission, les initiatives stratégiques, l’état des lieux (notamment en ce qui concerne l’architecture)…
  • les conditions ambiantes sont précisées (fonctions et maturité, état de l’architecture d’entreprise, de la fonction “operational excellence”, qualité de la documentation disponible)  ;
  • il leur est demandé de jeter les bases du premier “Business Architecture blueprint“.

L’entreprise présentée est le groupe BYB :

BYB, Be your own Business

L'entreprise qui vous aide à oser

Après ce premier contact avec le travail concret de l’architecte métier, le framework méthodologique est présenté. C’est, en effet, l’outil qui met de l’ordre dans la description de l’entreprise. Il est nécessaire de prendre un peu de temps pour :

  • établir les règles que doivent respecter les frameworks (faute de les respecter, les projets courent le risque de gaspiller du temps, des ressources et des opportunités de transformation) ;
  • examiner les frameworks actuels (le framework de Zachman, le “content framework” de TOGAF, quelques frameworks propriétaires) ;
  • justifier la construction du framework qui sera utilisé dans la suite de la formation.

Cette formation utilise la version 2 de la Topologie du Système Entreprise, le framework qui forme le socle de Praxeme.

Une fois posé le cadre de référence, nous pouvons revenir sur l’étude de cas. Nous présentons le sommaire type du dossier d’architecture métier. Le “Business Architecture blueprint” de BYB est remis. Il s’intitule “A customer-centric and multi-accessible enterprise“. Il contient l’analyse architecturale de la stratégie de BYB, la vision d’architecture métier qui répond à la stratégie, ainsi que les implications (notamment sur les ressources et sur l’informatique).

Après cette illustration concrète, le reste de la formation reprend et détaille les procédés mis en œuvre.

L’architecture métier et la transformation des entreprises

Add a comment
Les entreprises savent qu’elles doivent s’adapter en permanence.
Comment maîtriser la transformation ? Quel contenu lui donner ? Que proposer à un directeur général ou un directeur métier ?
L’architecte métier, le “transformation officer“, a un rôle clef à jouer, à condition de disposer de méthodes et techniques concrètes.
Le Praxeme Institute présente les apports de la méthode publique à la transformation d’entreprise, lors d’une formation exceptionnelle, à Paris les 11 et 12 octobre (une seule session prévue ; puis à Bruxelles en novembre et à Amsterdam, en anglais, début 2013).
Business Architecture & Transformation - session de Paris, 11&12 octobre 2012

Business Architecture & Transformation - session de Paris, 11&12 octobre 2012

Parmi les questions traitées

  • Comment faire face à la complexité grandissante des entreprises ?
  • Comment stimuler l’innovation ?
  • Comment s’y prendre pour transformer l’entreprise ?
  • Si une discipline telle que l’architecture métier existe réellement, au-delà des effets de mode, que fait-elle vraiment ? Quelles sont ses techniques et ses exigences ? Qu’est-ce qu’une bonne architecture ?
  • L’architecte métier peut-il s’appuyer sur des méthodes qui garantissent la qualité et le contenu de ses livrables ? Peut-il se contenter d’accompagner les projets ou a-t-il un rôle plus volontariste ?
  • Parmi les acteurs de la transformation, quelle est la juste place de l’architecte métier ? Entre architecture d’entreprise et architecture métier, quel est le contrat ?
  • Thèmes : stratégie, alignement, indicateurs, connaissance métier, dictionnaire, qualité, processus, organisation, service

Nouveaux contenus dans la méthodologie d’entreprise

Cet événement donne l’occasion de présenter les nouveaux contenus développés dans Praxeme, sur les aspects “amont” :

  • l’aspect intentionnel qui prend sa juste place au sein de la Topologie du Système Entreprise, version 2 (le framework méthodologique au fondement de Praxeme) ;
  • l’analyse intentionnelle qui porte sur les valeurs de l’entreprise, sa culture, son idéologie ;
  • la formulation et la prise en compte des objectifs (stratégiques, opérationnels, individuels…) dans l’approche globale de l’entreprise ;
  • la terminologie de l’entreprise (nouveaux procédés élaborés en collaboration avec le professeur Loïc DEPECKER) ;
  • la définition des indicateurs de performance, en évitant le piège du réductionnisme propre aux tableaux de bord (un aperçu de la méthode de l’Arbre de Performance, versée au fonds public par Georges GARIBIAN).

Les techniques de représentation des connaissances “métier” et de conception innovante des processus seront également présentées, dans la mesure où elles contribuent grandement à une architecture métier qui se veut créatrice, pourvoyeuse de contenu et porteuse de la vision de l’entreprise.

Une étude de cas réelle débutera la formation, avec la présentation du dossier complet d’architecture métier d’un grand groupe, “A customer-centric and multi-accessible enterprise – Business Architecture Blueprint“.

Outre l’intervention du professeur Loïc DEPECKER (professeur à la Sorbonne et président de la Société Française de Terminologie), nous aurons le témoignage de Pascal RIVIERE, Directeur Qualité, Méthodes et Urbanisation à la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse.

Mise en oeuvre de l’architecture d’entreprise

Add a comment

Dans le cadre de la conférence Marcus Evans sur l’urbanisation de SI et l’architecture d’entreprise (16-18 mars 2011) :

“Mise en oeuvre de l’architecture d’entreprise : méthodologie d’entreprise et illustrations”

L’objectif : “Comprendre les facteurs clés de succès d’un projet d’architecture d’entreprise”.

Un mélange de tactique et de vision !

La présentation commentée est disponible sur le site du Praxeme Institute.

Voir aussi les présentations de Fabien VILLARD (“Les disciplines de la transformation“) et Philippe DESFRAY (“Genèse de l’urbanisation et de l’EA“).

Enterprise Transformation Manifesto

Add a comment

Le CESAMES (Centre d’Excellence Sur l’Architecture, le Management et l’Économie des Systèmes)

et l’École Polytechnique

ont signé le manifeste pour la transformation d’entreprise.

Ce papier synthétique  se veut le bréviaire de l’entreprise responsable. Il s’adresse aux décideurs, prend au mot les déclarations sur la transformation, l’innovation, la responsabilité d’entreprise… et repositionne l’architecture d’entreprise.

Nous attendons que les directions générales, de la communication et du marketing s’y intéressent.

En effet, l’intérêt, de leur point de vue, est double :

  • d’une part, fournir une occasion de communication dans la veine « responsabilité d’entreprise » ;
  • d’autre part, en interne, afficher une liste de « golden principles » pour soutenir les initiatives de transformation.

Du point de vue des directions informatiques, des prestataires ainsi que des associations ou organisations professionnelles, l’intérêt réside dans la revalorisation du rôle de l’architecte d’entreprise. Ils peuvent se retrouver, aussi, dans la défense d’une certaine rationalité technique, trop souvent bridée dans l’entreprise.

Ce manifeste propose une définition ambitieuse de l’architecture d’entreprise et indique, à demi-mots, quelques principes et pratiques (dont le détail est à rechercher dans la méthode).

Ce document fournit une plate-forme pour définir les compétences et stimuler la coopération entre le monde de l’entreprise et celui de l’enseignement et de la recherche.

Praxeme et… les langues

Add a comment

Nouvel atelier autour d’un chercheur.

Loïc DEPECKER, professeur à la Sorbonne et à l’École Normale Supérieure, fera le point sur ses travaux en terminologie et sur le thème de la politique linguistique de l’entreprise.

Détail et inscription

L’événement est public et gratuit.

Conférence sur l’urbanisation de SI

Add a comment

La première matinée de la conférence Marcus Evans “Après 10 ans d’urbanisation : l’architecture d’entreprise” (le 8 avril) sera animée conjointement par :

  • Yves CASEAU, DGA Bouygues Telecom ;
  • Philippe DESFRAY, DG Softeam et vice-président du Praxeme Institute ;
  • Dominique VAUQUIER, président du Praxeme Institute.

L’objectif de cette triple intervention est de montrer en quoi la pratique de l’urbanisation des systèmes d’information peut évoluer.

Appuyés sur les apports de la méthode Praxeme, trois messages s’imposent et permettent de renouveler les pratiques :

  1. L’urbanisation de SI doit s’élargir en une discipline qui couvre tous les aspects de l’entreprise. C’est ainsi que nous entendons l’architecture d’entreprise, expression que nous prenons au pied de la lettre plutôt que de la laisser dériver vers une approche spécialisée et réduite à la technologie. De ce point de vue, Praxeme apporte le cadre de référence qui permet d’embrasser et d’articuler tous les aspects de l’entreprise. La Topologie du Système Entreprise permet d’asseoir une telle approche holistique, essentielle pour la transformation de l’entreprise.
  2. Si la représentation et la conception des processus restent un effort nécessaire, nous devons aussi restaurer la représentation des connaissance “métier” qui exige un effort d’abstraction plus important. Nous montrerons en quoi ce recentrage sur les données et la modélisation sémantique peut transformer en profondeur les systèmes d’information et contribuer à leur agilité autant qu’à l’interopérabilité.
  3. A rebours de nos habitudes de travail, nous devons modifier nos pratiques pour concevoir et réaliser des systèmes dans la durée. C’est une chose de dénoncer les “silos” applicatifs, c’en est une autre de modifier nos approches pour échapper aux effets combinés de la culture fonctionnaliste et du mode projet. Dans ce combat contre le court-termisme, l’architecte a un rôle clef à jouer. En a-t-il toujours les moyens ? Au moins, l’existence d’une méthode de référence et l’unité d’un discours lui fournissent une bannière sous laquelle se ranger (voir Enterprise Transformation Manifesto) .

Bréviaire pour l’entreprise responsable

Add a comment

Le Praxeme Institute publie un document résumant sa philosophie :

Enterprise Transformation Manifesto

Ce document s’adresse à toutes les fonctions de l’entreprise (au sens large que nous donnons à ce terme), en premier lieu :

  • les directions générales, qui y trouveront un discours unifié et une liste de principes pour guider leurs programmes de transformation ;
  • les directions de la communication ou du marketing, qui verront dans la signature du manifeste une occasion d’affirmer certaines des valeurs de leur entreprise ;
  • les DSI et, en leur sein, plus particulièrement les fonctions transverses qui apprécieront le repositionnement de l’architecture d’entreprise.

Le manifeste intéressera également le monde académique, qu’il interpelle en faveur d’une approche multi-disciplinaire, autour de laquelle organiser les contenus d’enseignement (voir, surtout, le chapitre 7).

Actuellement, deux documents sont disponibles :

  • le manifeste lui-même, liste des principes qui éclairent la transformation de l’entreprise ;
  • le commentaire qu’en donne le Praxeme Institute.

Pour les entreprises qui s’y reconnaîtront, ce texte fournira une occasion de communiquer et d’affirmer leurs valeurs.

Les modalités de l’opération sont indiquées à la fin du manifeste.

Modèle et lingerie

1 Comment

La pratique de la modélisation ressuscite les réflexions scolastiques sur le rapport entre forme et contenu.

Ce rapport prend une dimension collective et économique dans le fonctionnement des projets et la transformation des entreprises. Nous nous heurtons à une difficulté : c’est une certaine population qui possède le contenu, la connaissance “métier”, tandis que la forme et la capacité à bien représenter sont maîtrisées par d’autres personnes.

Il est urgent de trouver la combinaison qui fera que porteurs de contenu et maîtres de la forme puissent travailler efficacement ensemble. Il en va de la qualité de nos solutions et de la possibilité même d’innover et de transformer.

La modélisation, c’est un peu comme la lingerie fine. C’est le contenu qui est intéressant, mais la forme révèle le contenu.

Certaines fois, modéliser c’est un peu laver son linge sale – en famille si possible. En effet, dès que l’on cherche à aller un peu au fond des choses, on révèle vite des incohérences, des contradictions dans l’expression sinon dans la connaissance même. Il faut tout déballer pour ensuite tisser un nouvel arrangement de concepts.

D’autres fois, on s’aperçoit que, sous le manteau de parole, le roi est nu.